Pendant très longtemps, dans les Prairies canadiennes et américaines, il y avait des dizaines de millions de bisons*. Certains ont dit que les bisons* étaient le « magasin général » des Premières Nations, parce qu’ils utilisaient presque toutes les parties de cet animal pour se nourrir, se vêtir ou se fabriquer différents objets. Avec le peuplement des États-Unis, la colonisation et la construction du chemin de fer dans les Prairies, les bisons* ont pratiquement tous été tués.

L’élevage du bétail, comme le bœuf, a remplacé le bison* à la fin du 19e siècle, particulièrement en Alberta et en Saskatchewan. Dès 1880, des ranchs ont été construits même si les fermiers n’avaient pas encore colonisé cette région semi-aride*. L’endroit était propice à l’élevage avec de bons pâturages* pour le bétail. Des éleveurs possédaient des ranchs avec des troupeaux de plusieurs centaines de bêtes. Ils étaient nombreux à réussir, car ils exportaient* le bétail vivant ou la viande congelée. Ils les transportaient par bateaux frigorifiques* jusqu’en Grande-Bretagne ou jusqu’aux États-Unis.

En 1906-1907, un hiver particulièrement froid a tué une bonne partie du bétail. Cet hiver-là, le chinook n’a pas soufflé son vent chaud pour faire fondre la neige et apparaître l’herbe, donc les vaches n’ont pas pu se nourrir. De nombreux éleveurs ont abandonné l’élevage pour la culture de céréales. Et, à partir de ce moment, le gouvernement fédéral a encouragé davantage l’agriculture que l’élevage.

* bison : gros mammifère qui ressemble à un boeuf
* semi-aride : endroit où il ne pleut pas beaucoup
* pâturage : grand champ où brute (mange) le bétail
* exporter : vendre un produit à un autre pays
* frigorifique : dans une pièce où il fait froid (semblable à un congélateur)

Auteur : Service national du Récit de l’univers social

Anglais if available (si disponible)