En 1906, la population des Prairies était de 808 863 habitants. Le nombre d’habitants avait presque doublé en cinq ans seulement. Il avait environ 419 512 habitants en 1901. Observe bien le tableau. Tu pourras constater à quel point les changements ont été importants, particulièrement pour les provinces de la Saskatchewan et de l’Alberta. La grande majorité des habitants vivaient alors à la campagne.

Les Autochtones, les premiers habitants 

Pendant très longtemps, les peuples des Premières Nations étaient les seuls à habiter cet immense territoire. Ils étaient peu nombreux, peut-être 33 000 au début du 19e siècle. Les nations qui se partageaient le territoire étaient entre autres les Pieds-Noirs, les Cris des Prairies, les Assiniboines et les Sarsis. Ils vivaient principalement de la chasse aux bisons.

Dans les années 1870, le gouvernement fédéral a signé des traités* avec les Premières Nations des Prairies pour prendre possession de leurs terres. Il voulait y construire un chemin de fer et débuter la colonisation. Les Premières Nations ont été placées dans des réserves*.

L’arrivée des premiers Européens dans les Prairies et la naissance des Métis

Les premiers Européens sont venus s’installer dans les Prairies pour le commerce des fourrures. Ils établissaient des postes de traite et un établissement permanent, nommé la colonie de la rivière Rouge. On y retrouvait des anglophones venus de l’Ontario ainsi que des francophones du Québec. Certains Européens ont épousé des femmes autochtones et ils ont fondé des familles. Le mélange de deux nations différentes a créé la nation métisse. Le Métis le plus connu est Louis Riel.

La réussite du peuplement des Prairies 

Après 1896, le peuplement de l’Ouest a véritablement augmenté avec l’arrivée de nombreux immigrants*. Ces immigrants* venaient des États-Unis, de Grande-Bretagne et de différents pays d’Europe, comme l’Allemagne, la Russie, la Pologne et les pays scandinaves.

Pourquoi une telle réussite? Il y a plusieurs raisons qui expliquent l’augmentation du nombre d’habitants dans l’Ouest entre 1896 et 1914. En voici deux: dans l’Ouest américain, il n’y avait plus de bonnes terres cultivables parce qu’elles avaient toutes été distribuées. Donc, les Prairies étaient vues comme les dernières bonnes terres disponibles pour les Américains. Ensuite, beaucoup d’Européens quittaient leur pays parce qu’il était surpeuplé*. Ils ont préféré venir s’installer dans un nouveau pays, comme le Canada. 

* traité : document signé entre deux partis (comme un contrat) (RECITUS)
* réserve : village autochtone protégé par certaines lois. 
* immigrant(e) : personne qui vient d’un autre pays (RECITUS)
* surpeuplé : où il y a trop d’habitants

Auteur : Service national du Récit de l’univers social

Anglais if available (si disponible)