Le début du 20e siècle a été une période de croissance et de prospérité*. Le Québec connaissait un développement industriel important. L’électricité commençait à remplacer la vapeur comme source d’énergie dans les usines.

De nouvelles industries étaient reliées à l’exploitation des richesses naturelles. Elles faisaient des débuts importants: les pâtes et papiers, l’hydro-électricité et les mines. L’hydro-électricité a permis à des industries qui nécessitaient beaucoup d’électricité, comme les alumineries, de se développer. Ces industries s’installaient dans des régions peu industrialisées, comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Mauricie.

Mais les industries manufacturières* légères demeuraient les plus importantes: le textile, les vêtements, la chaussure, le tabac et l’alimentation. Avec l’arrivée de nombreux immigrants*, le développement de l’Ouest du Canada et l’urbanisation, la demande pour ces produits augmentait. En 1905, la ville de Montréal était la métropole du Canada à cette époque, c’est-à-dire la ville la plus importante. Les manufactures de l’industrie légère employaient une main-d’œuvre nombreuse et peu payée.

Observe l’image du haut attentivement. Il s’agit d’une vue de la ville, en 1892. Elle montre bien les industries de la ville et l’activité portuaire*. Dans la ville, la plus grande concentration d’usines de tout le pays était située près du canal de Lachine. Sur l’image, en bas à gauche, tu peux voir le pont Victoria. C’était le premier pont qui reliait Montréal à la Rive-Sud. Juste un peu plus haut, tu peux voir le canal de Lachine et la fumée des usines.

Pourquoi les industries choisissaient-elles ce lieu? Il y avait deux raisons principales. Les premières usines utilisaient l’énergie hydraulique, l’énergie de l’eau, pour faire fonctionner les machines. Alors le canal devenait une source d’énergie importante. Ensuite, les moyens de transport maritimes et ferroviaires étaient situés juste à côté. Mais tu peux voir aussi de nombreuses usines dans l’est de la ville (à droite sur l’image).

D’autres villes du Québec possédaient aussi des manufactures axées sur l’industrie légère, par exemple le textile, à Sherbrooke et à Trois-Rivières, et la chaussure, à Québec.

* prospérité : état d’abondance et de richesse
* manufacturière : en lien avec la production de biens
* immigrant : personne qui vient d’un autre pays (RECITUS)
* portuaire : en lien avec les ports (bateau)

Auteur : Service national du Récit de l’univers social

Anglais (If available)