À la fin du 19e siècle , la plupart des terres cultivables* de la vallée du Saint-Laurent étaient occupées. Il était difficile pour les agriculteurs de trouver de nouvelles terres. Il était aussi difficile de trouver un emploi. Pour ces raisons, plusieurs Canadiens français partaient vivre aux États-Unis, dans la région de la Nouvelle-Angleterre. Ils espéraient trouver des emplois. L’Église s’inquiétait beaucoup de cette émigration* , car les gens quittaient les campagnes du Québec. Elle a donc lancé un vaste programme de colonisation des campagnes pour offrir une solution aux gens qui cherchaient du travail.

La colonisation

Les curés et les évêques* catholiques ont organisé la colonisation de plusieurs régions. Le plus célèbre d’entre eux était le curé Labelle. Il a supervisé la colonisation des Laurentides. Les sociétés de colonisation vendaient des terres aux colons à petit prix. En échange, les colons devaient y construire une maison, habiter sur cette terre et défricher* une partie de la terre. Toutefois, les terres vendues aux colons n’étaient pas de très bonne qualité et le climat dans les régions éloignées n’était pas favorable à l’agriculture. Peu de colons réussissaient à gagner leur vie en vendant les produits de leur terre. C’était difficile d’avoir assez d’argent pour répondre aux besoins de leur famille.
Les régions ouvertes par la colonisation

La colonisation suivait de près l’industrie forestière parce que les colons devaient souvent travailler sur les chantiers forestiers l’hiver pour répondre aux besoins de leur famille. Ainsi, des régions comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean, l’Abitibi et les Laurentides ont été défrichées* grâce au mouvement de colonisation . Il était difficile de faire l’agriculture, mais ces régions ont été surtout développées par le développement des industries.

* cultivable: qui peut être cultivé (agriculture)
* émigration: quitter son pays pour aller vivre dans un autre pays
* évêque: prêtre catholique qui s’occupe de gérer un diocèse (regroupement de plusieurs églises)
* défricher: couper les arbres, enlever les souches et les pierres pour faire de l’agriculture

Auteur : Service national du Récit de l’univers social

Traces du passé :

Anglais (If available)