Situation: Au Québec, l’Église catholique s’opposait beaucoup aux droits de vote des femmes. Voici quelques-uns de ses arguments.

« Nous ne sommes pas d’accord que les femmes aient le droit de vote:

  1. parce qu’il ne respecte pas la hiérarchie* familiale;
  2. parce que le droit de vote expose la femme à toutes les passions et à toutes les aventures de l’électoralisme*;
  3. parce que, selon nous, les femmes dans la province ne souhaitent pas voter; 
  4. parce que les réformes sociales, économiques, hygiéniques, etc. peuvent être obtenues grâce à l’influence des organisations féminines sans faire partie de la politique. Donc, il n’est pas nécessaire qu’elles puissent voter pour se faire entendre.

Nous partageons ici ce que pensent tous les évêques* de la province. »

* hiérarchie : classification selon leur importance ou leurs valeurs
* électoralisme : attitude d’un parti politique qui modifie son programme d’élection pour obtenir plus de votes
* évêque : prêtre catholique qui s’occupe de gérer un diocèse (regroupement de plusieurs églises)

Source de l’extrait : J.M. Rodrigue Cardinal Villeneuve, O.M.I., Archevêque de Québec, 20 février 1940. Cité dans Francine Fournier, « Les femmes et la vie politique au Québec », Les femmes dans la société québécoise, Montréal, Boréal, 1977, p.181.

Anglais if available (si disponible)