Bienvenue au jeu questionnaire « Le Québec et ses richesses » 

Première question: Nommez quatre richesses naturelles du Québec du début du 20e siècle?

– Les mines, les forêts, les terres fertiles et les rivières, répond le participant. 

– Bonne réponse! Il y avait effectivement les mines. On y trouvait plusieurs minéraux de grande valeur, comme le cuivre, le fer ou encore l’amiante. Ces métaux étaient ensuite transformés dans des usines pour fabriquer toutes sortes de choses ou ils étaient exportés* à l’étranger. Au Québec, en 1905, on fabriquait, entre autres, des socles* de charrue avec le fer.

Vous m’avez ensuite nommé les forêts. Elles étaient composées de feuillus et surtout de conifères. Ces arbres étaient utilisés pour la construction et la transformation, comme dans le cas de la fabrication du papier. Saviez-vous qu’en 1905, le bois québécois était exporté* aussi loin qu’en Angleterre? Et n’oublions pas que la colonisation de certaines régions, comme celle du lac Saint-Jean, s’est développée grâce à l’industrie du bois.

En troisième lieu, vous m’avez nommé la terre. Les terres étaient en effet une richesse même si le climat rigoureux ne permettait pas toutes les cultures. Les terres fertiles du Québec se trouvaient surtout dans la vallée du Saint-Laurent. Les gens ont été capables de diversifier les cultures et de choisir des plantes qui poussaient bien dans nos régions, malgré le climat froid.

Finalement, vous m’avez parlé de l’eau. Grâce à ses lacs et ses rivières, le Québec était très riche. Il y avait beaucoup de poissons. Aussi, la force hydraulique, c’est-à-dire l’énergie produite avec l’eau, était la principale richesse. En effet, la construction de barrages sur ces rivières a permis l’utilisation de la force hydraulique pour produire de l’électricité. Cette production électrique attirait plusieurs industries qui utilisaient beaucoup d’électricité comme la production d’aluminium et celle des pâtes et papier.

* exporter : vendre un produit à un autre pays
* socle : partie à la base d’une charrue

Auteur : Service national du Récit de l’univers social

Traces du passé :

Anglais if available (si disponible)