Même si les Canadiens n’avaient pas beaucoup de temps pour les arts, il y existait différentes formes d’art en Nouvelle-France. Par contre, il y avait peu d’artistes connus et peu de créations originales puisque les artistes reproduisaient beaucoup les modes de la France. Parfois, ils les adaptaient un peu. 

Les arts et l’Église

Les arts en Nouvelle-France étaient très liés à l’église, surtout pour la peinture, la sculpture et l’orfèvrerie (art de travailler les métaux et les pierres précieux). En effet, souvent, les artistes produisaient des objets pour les églises : tabernacles (boîte pour ranger le calice), calices (coupe décorée pour mettre le vin et les hosties pour les cérémonies) et décorations. Dans les églises, on pouvait voir des peintures, souvent faites par des religieux. Par exemple, Claude François, aussi appelé Frère Luc, a peint une trentaine de toiles pour des églises de la région de Québec en 1670-1671.

La musique

La musique était très présente dans la vie des Canadiens. Pour les mariages et les fêtes religieuses, on jouait de la musique, mais il y avait peu de musiciens professionnels. C’était les habitants qui jouaient de la musique. L’église était l’endroit où les habitants entendaient le plus de musique. En 1661, le gouvernement a acheté un orgue (instrument de musique qui ressemble un peu à un piano). Cependant, ce n’est qu’en 1664, qu’un premier musicien est venu s’installer en Nouvelle-France. Il s’appelait Jean Girard. Il était organiste (donc il jouait de l’orgue), maître de chant et maître d’école.

Le savais-tu?

Les missionnaires ont beaucoup utilisé les chants religieux pour tenter de convertir les Autochtones. Ils ont même traduit plusieurs chants pour que les Autochtones les comprennent.

Auteur: Alexandre Lanoix

Voir aussi – Traces du passé:

Anglais (If available)