Texte adapté de l’original, sous licence CC BY-NC-SA 2.5 CA

François de Laval était le premier évêque de la Nouvelle-France. Lorsqu’il est arrivé à Québec en 1659, il a dirigé l’Église catholique de la colonie. Il s’occupait de toute la Nouvelle-France.

Le travail du premier évêque était compliqué. François de Laval avait plusieurs tâches à accomplir. Premièrement, il devait se faire obéir par les prêtres. Ce n’était pas facile parce que les prêtres étaient arrivés en Nouvelle-France avant lui et ils étaient habitués à faire les choses comme ils le voulaient.

Deuxièmement, l’évêque avait un rôle politique dans la colonie. Il se trouvait parfois en conflit avec le gouverneur. Par exemple, il a fait interdire la vente de l’eau-de-vie (alcool) parce qu’il trouvait que ce n’était pas bon pour les Amérindiens. Le gouverneur n’était pas d’accord avec lui. Le gouverneur pensait que l’alcool était important pour le commerce avec les Amérindiens. Il a donc demandé au roi de régler le problème. Le roi a décidé que le gouverneur avait raison et l’alcool est redevenu légal.

C’est grâce à Monseigneur de Laval que l’Église catholique canadienne a grandi. Lorsqu’il est arrivé en 1659, il y avait 27 prêtres pour 2000 habitants. Ce n’était pas beaucoup. En 1663, l’évêque a créé le Séminaire de Québec, une école pour former des prêtres. De plus, pour que l’Église possède de l’argent, il a imposé une dîme. Les paysans devaient donner à l’Église une partie de leur récolte. Au début, les habitants donnaient 1/13 de leur récolte puis la dîme a diminué à 1/26.

Monseigneur de Laval a créé une douzaine de paroisses après 1684. La création de paroisses a pris du temps parce que l’évêque pensait que les habitants des campagnes n’étaient trop pauvres pour faire vivre un curé. En Nouvelle-France, c’était les habitants qui devaient donner de l’argent ou des aliments au curé pour qu’il puisse manger, avoir des vêtements, etc. Finalement, c’était les habitants et le Séminaire qui aidaient les curés.

Monseigneur de Laval était aimé des habitants, car c’était un homme simple qui croyait vraiment en Dieu, qui pensait aux autres et qui était généreux. On disait qu’il était pieux, humble et charitable.

 *évêque : prêtre catholique qui s’occupe de gérer un diocèse (regroupement de plusieurs églises).

*gouverneur : dirigeant politique de la colonie.

Auteur:  Service national du Récit de l’univers social

Voir aussi:  Traces du passé:

Anglais (If available)