Aujourd’hui, je suis venu au village. J’ai besoin d’acheter quelques petites choses. En Nouvelle-France, tout le monde ne cultive pas de terre. Certaines personnes ont des ateliers, ce sont des artisans. Je vais chez les artisans quand je ne peux pas faire moi-même un produit. On trouve beaucoup de choses dans le magasin général, mais parfois, c’est plus simple d’aller directement chez l’artisan.

En venant au village, mon cheval a perdu un fer*. Je vais aller chez le forgeron pour qu’il remette un fer à mon cheval. Son apprenti* travaille vraiment bien. Il habite avec la famille du forgeron pendant qu’il apprend son métier. Après un ou deux ans, il pourra ouvrir son propre atelier ou travailler pour un forgeron.

Je dois aussi aller voir le charpentier. Je lui ai demandé un beau coffre en bois. Je sais que son employé et lui travaillent bien. Le charpentier a le plus gros atelier* de la région. Il a donc besoin d’aide et il a un employé. La plupart des artisans en Nouvelle-France n’ont pas d’employé. En plus de leur métier, ils doivent travailler sur leur terre pour arriver à vivre.

Je ne dois pas oublier d’aller chez le tailleur. Son esclave* a terminé de coudre les boutons de mon veston. C’est un veston spécial pour les grandes fêtes. Normalement, c’est ma femme qui coud mes vêtements.

Il y a beaucoup de métiers différents dans la région. Cependant, les horlogers et les bijoutiers ne viennent pas souvent en campagne, car seules les personnes riches peuvent s’acheter des objets chers. Le seigneur a dû aller à Montréal pour acheter une horloge.

 

* atelier : endroit où travaille un artisan.
* fer : ce qu’on met aux pieds du cheval pour protéger ses sabots.
* apprenti : élève d’un artisan.
* esclave : personne non payée qui travaille pour son maître.

Auteur:  Service national du Récit de l’univers social

 

See also – Traces of the past:

Anglais (If available)