Les arts n’étaient pas très importants pour les premiers habitants de la colonie. Les Canadiens passaient beaucoup de temps à s’installer, à construitre une maison et à faire de l’agriculture. Ils avaient donc peu de temps pour être artistiques. Cependant, ils faisaient preuve de créativité dans leur vie de tous les jours, par exemple, avec l’architecture des bâtiments. 

L’architecture

Au début, les premiers colons construisaient leur maison comme ils le faisaient en France. C’était de petits maisons avec une seule pièce de 13 pieds par 14 pieds (environ 4 mètres par 4 mètres) avec une cheminée. Les murs étaient faits de bois et le toit avec de l’écorce et du bouleau pendant la première année. Après la première récolte d’avoine*, le toit était recouvert de paille*

Les premiers colons constructeurs de maisons en Nouvelle-France reproduisaient le style d’architecture de leur région d’origine en France. Ils construisaient typiquement de petites maisons d’une pièce de 13 pieds par 14 (environ 4 mètres par 4 mètres) contenant une cheminée. Les murs étaient faits de bois et le toit de bouleau et d’écorce, durant la première année. Dès la première récolte d’avoine, on le couvrait de paille.

Cependant, les gens se sont rapidement rendus compte qu’ils ne pouvaient pas construire le même type de maison qu’en France parce que les mêmes matériaux n’étaient pas disponibles. Il fallait aussi se protéger du froid et de l’humidité*. Les gens ont donc modifié leur maison. Ils ont construit des toits en pente pour que la neige et la pluie puissent facilement glisser. Les colons ont aussi fabriqué des foyers fermés en pierre. C’était plus efficace pour réchauffer la maison. Les habitants utilisaient beaucoup de bois, à la place de la pierre, parce que c’était une ressource abondante. 

Après quelques années, les maisons de Nouvelle-France avaient une architecture bien à elle, adaptée au climat et aux besoins des habitants.

* avoine : céréale à manger. 
* paille : tige des plantes. 
* humidité : lorsqu’il y a de l’eau dans l’air. 

Auteur:  Alexandre Lanoix

 

Voir aussi – Traces du passé:

Anglais if available (si disponible)